Adoption par un membre de la famille et résultats des enfants et des familles adoptives

Date de publication: 
03/24/2011
Source: 

Ryan, S. D., Hinterlong, J., Hegar, R.L., & Johnson, L.B. (2010). Kin adopting kin: In the best interest of the children? Children and Youth Services Review, 32(12), 1631-1639.

Revu par: 
Dillon T. Browne
Résumé: 

L’adoption par un membre de la famille devient de plus en plus courante dans le système de protection de l'enfance américain : environ 25 % des enfants placés dans le système public de familles d'accueil et adoptés le sont par un membre de leur famille. Cependant, la majorité des recherches ont porté uniquement sur les placements en famille d'accueil. Les auteurs de cette étude ont cherché à décrire les caractéristiques et à comparer l'expérience des enfants et des familles adoptives apparentées à l’enfant ou non et à déterminer si la relation familiale préexistante permet de prédire diverses issues de l’adoption.

Les données utilisées proviennent du premier cycle du Florida Adoption Project (FAP). Ce projet consiste à étudier les marqueurs de l'adoption réussie chez les parents qui adoptent des enfants pris en charge par les services publics de protection de l’enfance de la Floride. La base d'échantillonnage initiale comprend 6782 parents adoptifs. Vingt-cinq pour cent d'entre eux, soit 1694, ont retourné le questionnaire d’évaluation concernant 2382 enfants (21,8 %). Trois-cent-quatre-vingt-dix-sept (16,7 %) d’entre eux étaient placés chez un membre de leur famille.

Les parents adoptifs apparentés à la famille de l’enfant ont tendance à être plus âgés, blancs, à avoir un revenu et une scolarité plus faibles, une famille plus petite et à prendre soin de moins d'enfants que les autres parents adoptifs. Les enfants adoptés par un membre de la famille ont tendance à être de sexe féminin, plus jeunes et à avoir été placés moins longtemps que les autres, bien que leur processus d'adoption ait tendance à être plus long que celui des autres. En ce qui a trait à l'attitude envers le processus d'adoption, les parents adoptifs apparentés à l’enfant font une évaluation plus négative du fonctionnement familial, bien qu’ils soient plus susceptibles d'indiquer que si c'était à refaire, ils adopteraient le même enfant. De plus, ils ont déclaré avoir une relation plus positive avec l'enfant adopté que les autres parents adoptifs. Même lorsqu'on tient compte de plusieurs variables confusionnelles en utilisant le modèle de régression Tobit, on note un lien significatif entre l'adoption par un membre de la famille et la volonté accrue d'adopter le même enfant si c'était à refaire, la satisfaction plus élevée et le fonctionnement familial moins positif comparé avec l'adoption par un parent extérieur à la famille.

Le fonctionnement familial moindre rapporté par les parents adoptifs apparentés à l'enfant pourrait être attribuable à la pression d'adopter l'enfant même si la famille ne dispose pas des ressources nécessaires pour s'adapter aux changements entraînés par la situation. L'autre possibilité est que ces parents adoptifs indiquent l'impact du processus d'adoption sur la famille élargie, contrairement à la famille adoptive immédiate. Cependant, il semble que le statut de membre de la famille soit lié à un nombre d'issues positives en ce qui a trait à l'adoption.

Notes méthodologiques: 

The generalizability of the presented findings may be limited due to a low response rate, although this is not uncommon for adoption studies. Another limitation pertains to the validity of the single-item measures for some of the dependent variables (adoption satisfaction, adopt again, and family impact). Ceiling effects were operative, where study participants frequently endorsed the most extreme response option. However, authors took measures to statistically account for this response pattern. Another limitation pertains to the reliance on self-report, within-informant data which can contribute to artificial and inflated associations due to the shared method variance bias (i.e., only one respondent reporting on predictor and outcome measures can cause associations to be observed due to an individual’s response style across different measures). Nevertheless, this study presents strong findings from a large adoption sample that is fairly similar to the general population, despite the low response rate.