Les services de santé mentale spécialisés réduisent les risques de placement à l'extérieur du foyer pour les enfants dans les systèmes de protection de la jeunesse et de justice des mineurs

Date de publication: 
03/22/2007
Source: 

Glisson, C., & Green, P. (2006). The role of specialty mental health care in predicting child welfare and juvenile justice out-of-home placements. Research on Social Work Practice, 16, 480-490.

Revu par: 
Jonathan D. Schmidt
Résumé: 

Plusieurs enfants et adolescents en protection de l'enfance et dans les systèmes de justice des mineurs nécessitent des services de santé mentale, mais ne les réçoivent pas. Cette étude du Tennessee's Department of Children's Services (DCS, un système intégré de protection de la jeunesse et de justice des mineurs) a cherché à déterminer la proportion d'enfants au Tennessee qui recevaient des services de santé mentale spécialisés, combien les recevaient, et la relation entre la réception de services et les placements subséquents à l'extérieur du foyer au bout de 18 mois de suivi.

Les enfants inspectés par le DCS sont à risque de placements à l'extérieur du foyer en raison de dépendance et de négligence (allant de négligence à abus sexuel), d'indiscipline et de délinquence. Approximativement 1250 participants âgés de 4 à 18 ans ont été recrutés à partir de tribunaux du DCS provenant de 19 cantons du Tennessee et suivis encore après 1.5 années. La majorité des aidants naturels semblaient avoir besoin de services de santé mentale spécialisés et avaient des problèmes de toxicomanie.

De plus, environ 65% des enfants se sont avérés souffrir d'importants problèmes psycho-sociaux, de santé mentale et de comportements (selon le Shortform Assessment for Children et le Columbia Impairment Scale). Malgré un tel besoin, seulement 23% ont reçu des services de santé mentale spécialisés durant ce suivi. Une régression logistique a été utilisée afin de modéliser les probabilités d'être placé à l'extérieur du foyer lors des 18 mois de suivi. En contrôlant pour un nombre d'autres facteurs, le fait de ne pas recevoir les services de santé mentale nécessaires s'est avéré fortement prédicteur de placement à l'extérieur du foyer. Les auteurs ont calculé qu'un enfant ayant accès à des services de santé mentale spécialisés à la suite de la décision de la cour réduisait les probabilités de placement à l'extérieur du foyer de 36%.

Notes méthodologiques: 

The melding of juvenile justice and child welfare systems is problematic; it is difficult to discern unique effects for each system of mental health needs on out-of-home placements. In this sample, maltreated children (rather than delinquent youth) were far less likely to be placed in out-of-home care. The sample was limited to only those who consented to participate, though the response rate was fairly high. Additionally, the study was cross sectional (investigated those involved in courts at a given moment, not all cases referred for maltreatment). Including refusals at court and attrition, it is estimated that the final sample was about 40% and that only 10% of the sample included child protection cases. The analysis was difficult to interpret since they oversampled urban areas but did not appear to weight their analysis accordingly. More research needs to be done to more fully explain organizational and client factors that predict out-of-home placements for certain groups (e.g., maltreated children). Overall, this study is a reminder to pay attention to the mental health needs of those in child welfare and juvenile justice systems. This study also provides social workers the opportunity to reflect on what factors should increase or decrease the likelihood of out-of-home placements.