Enfants noirs en Ontario : Facteurs influant sur les décisions des services de protection de l’enfance

Date Published: 
03/04/2018
Source: 

King, B., Fallon, B., Boyd, R., Black, T., Antwi-Boasiako, K., & O’Connor, C. (2017). Factors associated with racial differences in child welfare investigative decision-making in Ontario, Canada. Child Abuse & Neglect, 73, 89-105.

Reviewed by: 
Sydney Duder
Summary: 

Le présent rapport porte sur les décisions prises par des intervenants à l’égard de familles noires et de familles blanches ayant fait l’objet d’enquêtes en matière de protection de l’enfance en Ontario, au Canada. Les données sont tirées de l’Étude ontarienne sur l’incidence des signalements de cas de violence et de négligence envers les enfants (EOI-2013), conçue dans le but de fournir un échantillon le plus représentatif possible des agences ontariennes ainsi que des dossiers étudiés par ces dernières.

On a constaté que les enfants noirs étaient plus susceptibles de faire l’objet d’enquêtes que les enfants blancs, mais que cette situation n’était pas attribuable à la seule race. En effet, on a observé des différences significatives entre les enfants noirs et les enfants blancs au chapitre des caractéristiques des enfants, des facteurs de risque associés aux personnes qui s’occupent des enfants ainsi que des facteurs de risque socioéconomiques. Toutefois, même après correction en fonction de ces facteurs, les enfants noirs étaient plus susceptibles de voir leur dossier transféré afin qu’ils reçoivent des services continus, et ce, dans une proportion de 33 %. Dans le cas des familles de race noire, les indicateurs les plus significatifs de la décision de recourir aux services de protection de l’enfance étaient la qualité de la relation parent-enfant ayant fait l’objet d’une évaluation et l’importance des difficultés économiques.

Dans leur analyse de l’incidence de cette surreprésentation, les auteurs soulignent que la pauvreté est un problème important et proposent des solutions qui doivent tenir compte des considérations suivantes : « des ressources financières, sociales et en santé mentale additionnelles pour les personnes qui s’occupent des enfants sont essentielles », et les intervenants en protection de l’enfance « se doivent d’intégrer plus efficacement la lutte contre la pauvreté à l’exercice de leur profession ».

Methodological notes: 

L’échantillon non pondéré était constitué de tous les dossiers d’enfants et d’adolescents de 14 ans ou moins ouverts aux fins d’une enquête par les agences sélectionnées au cours du trimestre allant du 1er octobre au 31 décembre 2013 (N = 5 265). Afin d’obtenir une estimation annuelle pondérée, ce nombre a été quadruplé. En effet, puisque la nature et le nombre de problèmes touchant les enfants et les familles peuvent varier en fonction de la saison et du semestre scolaire, cette étape pouvait avoir une incidence sur la validité des données. Les données ont également été pondérées en fonction de la région géographique afin de tenir compte de la taille relative de chaque site, ce qui a permis d’obtenir un échantillon pleinement pondéré de 83 400 enquêtes. Des données de recensement (Enquête nationale auprès des ménages 2011) ont permis d’estimer la taille des populations pour chaque groupe racial.

L’analyse exhaustive des données reposait sur les caractéristiques propres aux enfants, sur la nature des mauvais traitements infligés à ces derniers, sur les facteurs de risque associés aux personnes s’occupant des enfants, sur les facteurs de risque socioéconomiques ainsi que sur la source des allégations ou des signalements. L’analyse n’a pas tenu compte des variables liées aux diverses agences, comme leur taille, l’endroit où elles étaient situées, leurs sources de financement ou la compétence de leurs intervenants, bien que la concentration de familles noires dans les régions urbaines ou suburbaines ait été mentionnée.

Les méthodes statistiques reposaient notamment sur la détermination de la disparité entre Noirs et Blancs à chacun des points de décision : enquête, corroboration, transfert et placement. Une analyse à deux variables (tabulations en croix et test du x2) ainsi qu’une analyse multivariable (régression logistique) ont été utilisées. Les auteurs ont mentionné que le recours à des pondérations complètes pour la réalisation de ces analyses pourrait constituer une lacune susceptible de mener à « une surévaluation de la signification de ces estimations ».