La participation des enfants placés en famille d’accueil aux actions en justice n’a pas d’influence sur leur sentiment de compréhension ou de validation

Date de publication: 
06/09/2011
Source: 

Block, S., Oran, H., Oran, D., Baumrind, N., and Goodman, G. (2010). Abused and neglected children in court: Knowledge and attitudes. Child Abuse & Neglect, 34(9), 659-670.

Revu par: 
Jaime Wegner-Lohin
Résumé: 

Un débat continu entoure le rôle et la participation des enfants aux actions en justice liées à la protection de l’enfance. Le plus souvent, les enfants placés en famille d’accueil ne participent pas aux actions en justice ayant un rapport avec leurs soins et à leur bien-être. Ils auraient une « présence silencieuse » (p. 659) dans la salle d’audience où leur présence physique ne garantit pas qu’ils comprennent ce qui se produit ni qu’ils y contribuent. La présente étude consistait à mener des entrevues avec les enfants immédiatement après leur participation au tribunal afin de vérifier si cette dernière ou la compréhension des actions en justice étaient un facteur qui permettait de prédire une attitude plus positive envers le système judiciaire. Les chercheurs ont mesuré les connaissances et les attitudes des enfants (n=85) âgés de 7 à 10 ans relatives au tribunal en employant des méthodes mixtes. Chaque entrevue structurée visait à recueillir des données démographiques de base et à remplir le questionnaire judiciaire des enfants et le questionnaire sur l’anxiété chronique et réactionnelle des enfants.

Les résultats indiquent que l’âge est une variable explicative des connaissances, les enfants plus âgés ayant un niveau de compréhension plus élevé des actions en justice que les autres. Plus ce niveau est élevé, plus l’attitude envers le tribunal est positive. De plus, les indicateurs concernant les antécédents judiciaires qui s’ajoutent à l’anxiété, au type de mauvais traitements et à l’appartenance ethnique n’ont pas de lien significatif avec les connaissances juridiques. En tenant compte des variables démographiques (âge, type de maltraitance, appartenance ethnique), les chercheurs ont découvert que le fait d’avoir déjà comparu au tribunal n’était pas lié aux connaissances judiciaires ni aux attitudes envers le tribunal.

Le niveau d’anxiété est plus important chez les enfants plus âgés et il est associé à des attitudes plus négatives envers le système judiciaire. Généralement, le fait d’être plus âgé, d’être victime de négligence ou Caucasien prédit une attitude négative envers le tribunal. Les comparutions antérieures au tribunal ne prédisent pas de connaissances ou d’attitudes.

L’analyse qualitative des réponses des enfants indique que la plupart d’entre eux (72 %) pensent que les tribunaux sont généralement utiles, cependant, seulement 53 % croient que le tribunal leur a été utile et un nombre inférieur (31 %) est d’avis que le tribunal est positif pour les familles. La perception accrue de la participation aux actions en justice ne permet pas de prédire les attitudes envers le tribunal. Cela s’explique probablement par le fait que la majorité des enfants (77 %) ont des sentiments positifs envers leurs parents, nombre d’entre eux veulent retourner à la maison (60 %), plusieurs (54 %) ne connaissent pas ou ne comprennent pas le résultat de la poursuite et seulement 37 % ont l’impression d’être crus ou écoutés. Cette recherche a des conséquences pour la participation des enfants aux actions en justice. La présence physique d’un enfant n’indique pas nécessairement qu’il comprend ce qui se passe ni qu’il pense avoir voix au chapitre, être entendu ou cru lorsqu’il se trouve dans la salle d’audience.

Notes méthodologiques: 

Given the non-random selection of participants, the findings have limited generalizability. It is unclear if these findings would be similar across different age groups and jurisdictions. The study does, however, prove to be a rare and important opportunity to conduct research with children immediately following his/her attendance to child protection court proceedings. Though limited to correlational analysis, this research offers a number of preliminary findings regarding the knowledge and attitudes of children in foster care toward court proceedings. Further inquiry is needed to determine the applicability of such findings to other jurisdictions, and to acquire a deeper understanding of children’s court related knowledge and attitudes.