Données canadiennes basées sur la population et portant sur les résultats scolaires et sociaux des enfants et des jeunes pris en charge par les organismes de protection de la jeunesse

Date de publication: 
01/24/2012
Source: 

Brownell, M. D., Roos, N. P., MacWilliam, L., Leclair, L., Ekuma, O., & Fransoo, R. (2010). Academic and social outcomes for high-risk youths in Manitoba. Canadian Journal of Education, 33(4), 804-836.

Revu par: 
Kelly Gallagher-Mackay
Résumé: 

La présente étude consiste en l’analyse du premier ensemble de données provinciales à grande échelle contenant des informations sur les résultats scolaires de tous les enfants pris en charge par la protection de la jeunesse, pas juste ceux qui reçoivent des soins. Elle démontre l'utilité de relier les données provenant de différents secteurs comme l'éducation et les services sociaux afin de suivre un éventail de résultats pertinents pour le bien-être des enfants. Les chercheurs ont établi des liens entre les données des services éducatifs, sociaux et de santé pour tous les Manitobains nés en 1984-1985 et résidant à Winnipeg l'année de leur 18 ans (n=11 703). Les facteurs permettant de déterminer quels jeunes étaient « à risque élevé » comprenaient : 1) la pauvreté (famille recevant de l'aide au revenu), 2) la participation des services de protection de la jeunesse (SPJ) n’importe quand entre l’âge de 10 et de 17 ans, les années couvertes par la base de données ou 3) le fait d’avoir une mère qui était adolescente au moment de la naissance de son premier enfant. La présence de multiples facteurs de risque était encore plus importante que le type de facteur de risque en ce qui a trait aux mauvais résultats. L'analyse indique les jeunes à risque élevé sont beaucoup moins susceptibles que ceux qui n’ont pas été qualifiés de jeunes à risque élevé de terminer leurs études secondaires ou d'accumuler huit crédits en neuvième année. Ils sont plus susceptibles de recevoir de l'aide au revenu lorsqu'ils sont de jeunes adultes et pour les jeunes femmes, d’enfanter à l'adolescence.

L'analyse indique qu’au moins un facteur de risque était présent chez 31 % de la population, que deux facteurs étaient présents chez 9 % et que seulement 4 % de la population présentaient les trois facteurs de risques. Dix-sept pour cent de la population avaient été pris en charge par les services de protection de la jeunesse (placement en famille d'accueil ou famille recevant des services de protection ou de soutien). Environ 43 % des personnes prises en charge par la protection de la jeunesse n'avaient pas terminé leurs études secondaires en sept ans comparés à 18 % de la population ne présentant pas de facteur de risque. Parmi les enfants qui avaient trois facteurs de risque, 84 % n'avaient pas terminé leurs études secondaires. Les résultats présentaient le même schéma en ce qui a trait à l'accumulation de crédit en neuvième année, à la perception de soutien au revenu et à la probabilité de devenir mère à l'adolescence

Notes méthodologiques: 

The unique Manitoba Population Health Database contains non-identifying individual administrative data on health care, education (enrollment, marks, and credits in high school) and social service contacts (child welfare involvement and income assistance receipt) for all residents. It also includes a registry of all residents and data about family members.

The population data in the study are acquired from administrative records so it accurately reports child welfare involvement but likely underreports abuse and neglect. Moreover, because data were only available for child welfare involvement that occurred when children were between the ages of 10-17, children with earlier child welfare involvement would not be identified in this dataset. The analysis also did not focus on any information about protective factors.