Une étude traite des conséquences contextuelles sur les comportements externalisés des enfants placés

Date de publication: 
07/10/2012
Source: 

Cheung, C., Goodman, D., Leckie, G., & Jenkins, J.M. (2011). Understanding contextual effects on externalizing behaviors in children in out-of-home care: Influence of workers and foster families. Children and Youth Services Review, 33(10), 2050-2060.

Revu par: 
Sarah L. Beatty
Résumé: 

Selon certaines recherches, les enfants placés à l’extérieur de leur domicile sont plus susceptibles de manifester des comportements externalisés (p. ex., destruction de la propriété, violation des normes sociales, préjudices à autrui) que ceux qui vivent avec leurs parents biologiques. Il y a des variations individuelles considérables des niveaux de comportements externalisés. De nombreux facteurs sont susceptibles d'influencer l'expression des comportements externalisés, notamment les capacités cognitives, les perturbations relatives aux placements et les expériences de maltraitance. Certaines recherches montrent qu’en plus des caractéristiques particulières de l'enfant, celles des parents d'accueil influencent les comportements externalisés des enfants dont ils prennent soin. 

Les auteurs ont effectué une analyse secondaire croisée des données des dossiers d’évaluation et d’action (DEA) du projet S’occuper des enfants en Ontario (OnLAC) (2007-2008) afin d’étudier la relation entre les caractéristiques de l'intervenant et des familles d'accueil et les comportements externalisés des enfants placés (c.-à-d. parent d’accueil, n= 865, 81 %; frères et soeurs, n=91, 9 %; et groupe de traitement, n=107; 10 %) âgés de 10 à 17 ans (moyenne de 13 ans et 7 mois). L'analyse révèle deux résultats importants : 1) les intervenants en protection d’enfance ayant moins de scolarité officielle sont plus susceptibles de travailler avec des enfants placés qui manifestent des niveaux de comportement externalisé plus élevés (24 % de la variance observée au niveau de l'intervenant); 2) la négativité des parents d’accueil (comme le fait de désapprouver un enfant placé) a tendance à être liée à des niveaux plus élevés de comportements externalisés chez cet enfant. Ces résultats suggèrent qu’on devrait examiner les facteurs relatifs au niveau de l’enfant, du parent d’accueil et de l’intervenant au moment de l’élaboration et de la mise en œuvre des politiques et des pratiques.

Notes méthodologiques: 

The authors examined three sources of data: (a) AAR data from 2007-2008 for 1,063 children in-care who were randomly selected from 12 Children’s Aid Societies (9 urban agencies, 3 rural agencies); (b) Information on 528 workers, who were identified through cross-referencing worker-specific variables (of which 221, 42%, worked with multiple children in-care); and (c) Information on 962 foster parents, who were identified through cross-referencing foster parent specific variables. Five models were created to test the participant specific variables. The authors did acknowledge limitations to the study, including its cross-sectional design, which was unable to address the long-term relationships between the variables. There was also a low participant rate from child welfare agencies, and a lack of information on genetic influences.