Perspectives des intervenants : résultats des groupes de discussion sur le programme Triple P

Date de publication: 
02/06/2017
Source: 

Pinna, K., Lewis, L., Karatekin, C., Lamb-Onyiga, A., Hirilall, A., & Jones S (2015). Evidence-based parenting programs for maltreating parents: Views of child protective services caseworkers. Journal of Public Child Welfare, 9(4), 362-381.

Revu par: 
Nicolette Joh-Carnella
Tara Black
Barbara Fallon
Résumé: 

Le but de la présente étude était d’examiner le rôle des intervenants des services de protection de l’enfance (SPE) dans la mise en œuvre du Positive Parenting Program [pratiques parentales positives], ou Triple P, un programme d’éducation parentale fondé sur des preuves. L’étude a été menée auprès d’intervenants des SPE dans une grande région métropolitaine des États-Unis. Les intervenants avaient suivi soit un cours de complet de trois jours sur le Triple P, soit une formation condensée de trois heures sur le programme. Les intervenants des SPE étaient ensuite chargés de diriger les clients admissibles vers le Triple P et de maintenir la communication entre la famille orientée et le praticien du programme.

Ils ont été répartis en deux groupes de discussion pour décrire leur perception du Triple P. Un des groupes comprenait les intervenants qui avaient reçu la formation complète de trois jours (groupe de discussion 1) et l’autre ceux qui avaient suivi la formation condensée de trois heures (groupe de discussion 2). L’échantillon total était composé de 21 participants, douze dans le groupe 1 et neuf dans le groupe 2.

Les résultats des groupes de discussion suggèrent que les intervenants des SPE ne trouvent généralement pas le Triple P utile pour traiter les familles prises en charge par le système de protection de l’enfance. Les résultats des deux groupes de discussion ont montré des niveaux similaires de préoccupation entourant la capacité de Triple P de tenir compte des antécédents des familles en matière de traumatisme. Les chercheurs ont constaté des différences de perception de la part des intervenants concernant cette pratique fondée sur des données probantes. Ces différences étaient liées à leur degré de connaissance du programme Triple P, mesurée en fonction de la quantité de formation reçue. Les préoccupations relatives à la sensibilité culturelle étaient plus omniprésentes dans le groupe de discussion 2, alors que les inquiétudes au sujet des caractéristiques des praticiens étaient plus omniprésentes dans le groupe 1. 

Notes méthodologiques: 

Les chercheurs ont déterminé les thèmes des groupes de discussion grâce à un processus itératif auquel ont participé des partenaires communautaires et universitaires; ils ont établi six thèmes principaux ainsi que des thèmes secondaires et tertiaires. Les auteurs indiquent que la petite taille de l’échantillon représente une limite importante dans cette étude. En outre, ils déclarent que le plus grand échantillon dans le groupe de discussion 1 pourrait avoir conduit à une représentation plus précise des perceptions des participants. Il n’y a pas de données permettant d’évaluer le lien entre la perception du Triple P et l’orientation vers ce service par rapport à d’autres services dans la communauté ni le degré d’efficacité des orientations vers le Triple P.