La maltraitance envers les enfants : L’effet protecteur de la cohésion sociale du quartier

Date de publication: 
05/08/2017
Source: 

Maguire-Jack, K. et Showalter, K. (2016). The protective effect of neighborhood social cohesion in child abuse and neglect. Child Abuse & Neglect, 52, 29-37.

Revu par: 
Sydney Duder
Résumé: 

Des études antérieures ont montré un lien significatif entre les facteurs structurels relatifs au quartier (par exemple, le niveau de pauvreté, la densité de population, le taux de criminalité), la maltraitance envers les enfants et la négligence. La présente étude porte sur le possible rôle protecteur de la cohésion sociale (c.-à-d., les liens solides avec les voisins). Les données proviennent de l’étude Franklin County Neighborhood Services Study effectuée en Ohio. Un échantillon de commodité comprenant 1326 parents pris en charge par les cliniques et les centres de la petite enfance participants a été constitué. Les parents ont rempli un bref questionnaire imprimé anonyme alors qu’ils se trouvaient dans la salle d’attente des cliniques pour leur rendez-vous. Les questionnaires comportant des réponses complètes (N = 896) ont été retenus pour analyse.

·         Cause possible : La perception de la cohésion du quartier, mesurée par l’Échelle de cohésion sociale et de confiance comportant 5 items (Sampson et coll., 1997). Les chercheurs ont calculé la moyenne des réponses aux questions des échelles de Likert comportant 5 items afin d’obtenir un score global de cohésion.

·         Résultats attendus : Quatre sous-scores de la Conflict Tactics Scale – version parent-enfant (CTS-PC, Strauss et coll., 1998) : deux catégories de négligence (besoins fondamentaux de l’enfant et santé mentale ou toxicomanie du donneur de soins) et deux catégories de violence physique (châtiments corporels et agressions graves). Les réponses ont été codées, comme recommandé par les auteurs.

·         Covariables : Race (noire, hispanique ou autre), marié ou non, diplôme d’études secondaires ou moins, nombre d’enfants, nombre de difficultés économiques rencontrées au cours de l’année passée et indice de stress parental (PSI-SF, Abidin, 1990, 1995).

Les chercheurs ont découvert un lien significatif entre les taux élevés de cohésion sociale du quartier et les niveaux inférieurs de négligence des besoins fondamentaux des enfants; ils n’ont pas trouvé d’effet significatif quant à la négligence en raison des problèmes de santé mentale ou de toxicomanie du donneur de soins ni en ce qui a trait aux deux variables de violence physique. Les résultats indiquent un lien entre les augmentations importantes dans toutes les catégories de maltraitance et le stress parental, les difficultés économiques et le fait d’être noir. Une découverte inattendue a été une association entre le faible niveau de scolarité et le faible niveau de châtiments corporels.

Les auteurs font valoir que ces résultats ont des implications importantes pour les décideurs politiques : pour prévenir les comportements de négligence, il serait important de bâtir une programmation qui favorise la confiance et le sentiment d’appartenance. Ils fournissent une liste potentiellement utile des stratégies qui pourraient aider à établir cette programmation.

Notes méthodologiques: 

Les chercheurs ont utilisé la régression binomiale négative pour toutes les échelles de mesure de la maltraitance et de la négligence, et la régression logistique pour l’analyse des sous-catégories spécifiques. Cette étude semble avoir été généralement faite avec soin, mais elle comporte des limites méthodologiques, par exemple le volet transversal, de sorte que les effets ne pouvaient être suivis au fil du temps; l’échantillon de commodité issu d’un grand comté urbain en Ohio – le comportement du quartier peut être différent en milieu rural et en banlieue; tous les sujets étaient des clients du programme WIC, le niveau de revenu était donc généralement faible; les données ont été entièrement fournies par autodéclaration; les perceptions du soutien offert par les voisins pourraient avoir été influencées par les caractéristiques des répondants. Tous les éléments ci-dessus pourraient limiter la généralisabilité de ces résultats. Les auteurs soulignent l’importance de la recherche longitudinale future, y compris des populations plus diversifiées sur le plan géographique.