Les enfants à risque d'être maltraités ont plus de chances de souffrir de problèmes de santé mentale mais moins de chances de recevoir des services

Date de publication: 
10/30/2008
Source: 

Thompson, R., Lindsey, M.A., English, D.J., Hawley, K.M., Lambert, S. & Browne, D.C. (2007). The influence of family environment on mental health need and service use among vulnerable children. Child Welfare, 86(5), 57-74.

Revu par: 
Jonathan D. Schmidt
Résumé: 

Les problèmes de santé mentale, sous la forme de perturbations émotionnelles ou comportementales, sont de plus en plus communs chez les enfants. Toutefois, il nous est rapporté que seulement la moitié des enfants ayant besoin de services en santé mentale les reçoivent, et ce besoin non comblé semblerait encore plus criant pour les enfants desservis par le système de protection de l'enfance. En se servant des données du Longitudinal Studies on Child Abuse and Neglect (LONGSCAN) et d'une modélisation par équation structurelle, cette étude a constaté que des environnements familiaux caractérisés par des problèmes de fonctionnement familial, de haute détresse chez le pourvoyeur de soins, ainsi qu'un faible soutien social suscitaient chez l'enfant des besoins en santé mentale plus élevés que la moyenne mais recevaient toutefois moins de services.

Ces résultats étaient indépendants du statut socio-économique et s'avéraient valides pour tous les groupes ethniques à l'étude, mais plus prononcés pour les enfants afro-américains. Des compositions familiales différentes (famille intacte, monoparentale, foyer d'accueil/milieu substitut) ont donné des résultats similaires, mais les résultats étaient plus faibles pour les foyers d'accueil/milieux substituts; ces familles semblent plus sensibles aux besoins de l'enfant. Les familles au milieu trouble (i.e., problèmes de fonctionnement familial, haute détresse chez le pourvoyeur de soins, faible soutien social) présentaient de plus grands problèmes de santé mentale chez l'enfant, mais avaient moins de chance de recevoir des services en santé mentale. Les pourvoyeurs de soins isolés, en détresse et aux prises avec des modes de fonctionnement familial mal adaptés avaient souvent moins accès à des services de santé mentale pour leur enfant en besoin - ils semblaient avoir moins de ressources financières, moins d'habiletés à se pencher sur les besoins de leur enfant, et plus de difficultés à évaluer la santé mentale et comportementale de leur enfant.

Notes méthodologiques: 

The research focused on children considered at risk of maltreatment in urban and suburban U.S.A., so results should not be generalized past this demographic. Data were from 1,075 participating child-caregiver dyads who completed interviews at target time points (child ages of 6 and 8; 79.4% of the overall sample). The LONGSCAN is a consortium of studies at five research sites around the United States studying children (aged 4 years old or younger) identified as at risk of maltreatment. Almost 65% of dyads had been reported to child protection agencies for allegations of maltreatment. Measurement of family environment consisted of measures with demonstrated reliability and validity assessing family social support (emotional and practical support), family functioning (conflict, cohesion, expressiveness, leadership and competence), and caregiver psychological distress; child mental health need was measured by the Child Behavior Checklist Internalizing and Externalizing Problem Scales which have established psychometric properties.