Une étude appuie la prise en charge par un membre de la famille

Date de publication: 
02/05/2009
Source: 

Rubin, D., Downes, K., O'Reily, A., McKonnen, R., Luan, X., & Localio, R. (2008). Impact of kinship care on behavioral well-being for children in out-of-home care. Archives of Pediatric Adolescent Medicine, 162(6), 550-56.

Revu par: 
Elizabeth Fast
Résumé: 

L'objectif de cette étude est d'examiner l'influence de la prise en charge par un membre de la famille sur les problèmes comportementaux après 18 et 36 mois de prise en charge à l'extérieur de la maison. Les données sont extraites du National Survey of Child and Adolescent Well-Being (NSCAW), une étude représentative sur le plan national des enquêtes concernant les cas de maltraitance des enfants américains. Sur les 5501 enfants inclus dans l'échantillon principal, l'étude a limité son échantillon aux 1309 qui ont été pris en charge à l'extérieur de la maison à la suite d'un signalement pour maltraitance entre octobre 1999 et décembre 2000. Les enfants ont été suivis pendant 36 mois pour comparer les problèmes comportementaux de ceux qui étaient placés chez un membre de la famille (50 % de l'échantillon) et de ceux placés dans une famille d'accueil traditionnelle. Les donneurs de soins ont fait passer le test appelé liste de comportement pour les enfants au moment de la prise en charge et 18 et 36 mois après le début du placement. Les chercheurs ont utilisé ces résultats pour déterminer les probabilités de problèmes comportementaux. Après avoir tenu compte de l'effet de la stabilité du placement, du risque de base et de l'état de la réunification à 18 et 36 mois, les chercheurs ont découvert que la probabilité de problèmes comportementaux des enfants initialement pris en charge dans la famille était plus faible que celle des autres enfants après 36 mois. Bien que 17 % des enfants aient été pris en charge par un membre de la famille après avoir été initialement placés en famille d'accueil, 58 % d'entre eux ont connu une stabilité de placement ultérieurement, comparés à seulement 40 % des enfants placés dans des familles d'accueil traditionnelles.

Notes méthodologiques: 

Bien que les résultats de cette étude appuient la prise en charge des enfants par les membres de la famille, les auteurs invitent le lecteur à la prudence pour les trois raisons suivantes :

  • La NSCAW n'a pas recueilli assez de renseignements sur les familles étendues pour déterminer si les enfants placés en famille d'accueil disposaient de solutions de rechange sécuritaires avec leur propre famille, faisant en sorte que la prise en charge par la famille soit un choix réaliste. Cependant, cette étude appuie les résultats antérieurs indiquant que la stabilité précoce en matière de placement diminue le risque de problèmes comportementaux ultérieurs;
  • La partialité des déclarants peut avoir contribué aux résultats, puisque des études antérieures ont montré que les donneurs de soins appartenant à la famille de l'enfant étaient moins susceptibles de rapporter l'étendue des problèmes comportementaux manifestés par les enfants sous leur responsabilité; et
  • Il s'agit d'une étude par observation, en conséquence, un effet de sélection non observé pourrait expliquer la stabilité du placement et les différences de résultats en matière de comportement.