Cortisol response to stress in female youths exposed to childhood maltreatment: Results of the youth mood project

Article de journaux
Recherche canadienne en PE
Auteurs

MacMillan, Harriet
Georgiades, Katholiki
Duku, Eric K.
Shea, Alison
Steiner, Meir
Niec, Anne
Tanaka, Masako
Gensey, Susan
Spree, Sandra
Vella, Emily
Walsh, Christine A.
De Bellis, Michael D.
Van der Meulen, John
Boyle, Michael H.
Schmidt, Louis A.

Source
Biological Psychiatry, Volume 66, Issue 1, pp. 62-68.
Résumé

Les chercheurs ont découvert un lien solide entre la maltraitance envers les enfants et les troubles dépressifs majeurs (TDM), surtout chez les femmes, cependant, on ne sait pas très bien pourquoi certains individus exposés à la violence ou à la négligence sont ensuite atteints de TDM et d'autres pas. Les chercheurs ont supposé que « les modifications de la corticolibérine (CRH) médient le développement des TDM » et ont établi un lien entre l'activation accrue de l'axe hypothalamo-hypophysosurrénalien (HPA) et le stress intense plus tôt dans la vie. Cette étude qui fait partie d'une enquête longitudinale de plus grande envergure cherchait à savoir si « les niveaux de cortisol au repos, le rythme cardiaque et les modèles de réaction de stress à un stresseur psychosocial étaient différents » chez les jeunes filles exposées à la maltraitance (définie ainsi : abus physique, sexuel, psychologique et négligence) et chez les membres d'un groupe témoin appariés selon l'âge et le code postal (p. 62).

Les jeunes filles (n=67) âgées de 12 à 16 ans sans antécédent de dépression ni de déficience cognitive ont été recrutées à partir de trois agences de protection de l'enfance. Le groupe témoin comportant des jeunes (n = 25) sans antécédent de maltraitance a été composé à partir d'une base de données préexistante de jeunes désireux de participer à la recherche. Les jeunes ont reçu la visite d'une infirmière en santé publique et ont rempli deux questionnaires autorapportés mesurant la maltraitance envers les enfants. L'infirmière a vérifié leur rythme cardiaque et a prélevé des échantillons de salive. Un clinicien formé a évalué le stress psychiatrique à l'aide du test de stress social de Trier (TSST) et du tableau des troubles affectifs et de la schizophrénie pour les enfants d'âge scolaire. « Le temps pré TSST a été considéré comme étant la mesure du cortisol au repos et la période post TSST a été considérée comme étant la réactivité du cortisol » (p. 63).

Les analyses statistiques complexes « ont porté sur les différences entre les jeunes victimes de maltraitance et ceux du groupe témoin en matière de niveaux de cortisol et de rythme cardiaque au repos et post TSST » (p. 63). Les deux groupes ont manifesté un déclin similaire du niveau de cortisol pendant la période de repos. Les jeunes du groupe témoin ont connu une augmentation du niveau de cortisol après le TSST et un nivellement progressif au fil du temps; les jeunes victimes de maltraitance ont manifesté une réponse brutale du cortisol non associée aux systèmes actuels du TDM. Les chercheurs n'ont pas trouvé de différences entre les niveaux du rythme cardiaque au repos et la réactivité. Les auteurs concluent que les résultats s'ajoutent aux données probantes liant le stress chronique à « la diminution de la réceptivité physiologique aux nouveaux stresseurs au fil du temps » (p. 66). D'autres recherches sont nécessaires pour clarifier la pertinence clinique de ces résultats, cependant, les auteurs suggèrent que la réponse brutale du cortisol peut entraîner des risques de déficience physique et psychologique chez les jeunes victimes de maltraitance.

ISBN / ISSN / DOI
0.1016/j.biopsych.2008.12.014
Information additionnelle disponible sur ces auteurs