Research Watch

Évaluation de la crédibilité dans les affaires de violence physique et sexuelle faite aux enfants en Israël

Année de publication
Revu par
Biru Zhou
Citation

Hershkowitz, I., Melkman, E. P., & Zur, R. (2018). When Is a Child’s Forensic Statement Deemed Credible? A Comparison of Physical and Sexual Abuse Cases. Child Maltreatment, 23(2), 196-206.

Résumé

Dans les affaires de violence physique et sexuelle, l’évaluation de la crédibilité du plaignant a une incidence directe sur l’enfant qui rapporte le méfait, sa famille et l’auteur présumé du crime. Cette étude visait à vérifier si la crédibilité accordée au plaignant diffère selon le type de sévices, et si certaines caractéristiques propres à l’enfant et à l’événement rapporté sont susceptibles d’influer sur la crédibilité des plaintes faites en Israël, en 2014.

Cette étude s’appuie sur les rapports d’enquête déposés dans la base de données administratives nationale de l’État d’Israël en 2014, à la suite d’allégations de violence physique ou sexuelle faites à des enfants ayant entre 3 et 14 ans. En tout, 4 775 affaires (violence physique dans 70,7 % des cas) ont été retenues pour analyse. Les critères d’exclusion étaient les suivants : affaires ayant trait à des enfants 1) âgés de moins de 3 ans, 2) qui n’avaient pas rapporté le méfait, 3) dont le rapport d’évaluation de la crédibilité manquait au dossier, 4) dont l’une ou l’autre des caractéristiques examinées manquaient au dossier. Chacune des entrevues faites avec un même enfant était traitée comme un cas distinct.

L’analyse des pistes causales indique que les caractéristiques de l’enfant (p. ex., âge, sexe, état matrimonial des parents et présence/absence de retard cognitif) et de l’événement (p. ex., gravité et fréquence des sévices, relation entre le suspect et l’enfant) associées à la crédibilité accordée à la victime étaient les mêmes, qu’il s’agisse de violence physique ou sexuelle. On a fait porter une analyse de régression logistique sur un sous-groupe de caractéristiques propres aux enfants, de caractéristiques des événements rapportés et de type de sévices, afin de prévoir la probabilité que la plainte soit jugée crédible. Les principaux facteurs prévisionnels associés à une probabilité supérieure quant à la crédibilité de la plainte incluaient les suivants : enfant plus âgé, qui n’accuse pas de retard cognitif, dont les parents sont mariés, qui n’a été agressé qu’une seule fois (plutôt qu’à plusieurs reprises), qui a subi des sévices modérément graves (plutôt que graves), dont l’agresseur présumé est un des parents ou les deux parents (plutôt qu’un inconnu), et que l’on soupçonne d’avoir subi une agression sexuelle (plutôt que physique).

Notes méthodologiques

Les données recueillies en Israël en 2014 sont représentatives de la procédure d’interrogation appliquée en cas de violence physique ou sexuelle à l’égard d’enfants, qui est conforme au protocole d’enquête de l’institut national pour la santé des enfants et le développement humain de ce pays. Même si les 96 enquêteurs étaient des travailleurs sociaux diplômés et qualifiés, les auteurs du rapport font remarquer la variabilité considérable des entrevues, qui peut également avoir influé sur l’évaluation de la crédibilité, indépendamment des caractéristiques de l’enfant et de l’événement en cause. De plus, il faut interpréter les résultats de cette seule étude avec beaucoup de prudence en raison des écarts notables en ce qui a trait aux caractéristiques des enfants, aux caractéristiques des événements rapportés et à l’évaluation de la crédibilité, quand on compare les affaires retenues pour analyse à celles qui ont été exclues.