Research Watch

Maltraitance des enfants : disparités raciales et accès aux services

Année de publication
Revu par
Sydney Duder
Citation

Maguire-Jack, K., Cao, Y. & Yoon, S. (2018). Racial disparities in child maltreatment: The role of social service availability. Children and Youth Services Review, 86, 49-55.

Résumé

Aux États-Unis, les enfants de race noire forment une part démesurée de la population prise en charge par les services sociaux. Dans l’optique de remédier à cette situation, il est évidemment essentiel de cerner les éléments en cause. L’une des explications possibles – explorée dans l’étude présentée ici – serait l’accès aux services sociaux, déterminé en l’occurrence par la distance, en voiture, entre le domicile des clients et les organismes d’aide.

La population évaluée regroupait des parents non hispaniques de race blanche (N = 197) et de race noire (N = 259) à faible revenu de Franklin County, en Ohio, qui participaient à six programmes de soutien alimentaire (SNAP, de l’anglais Supplemental Nutrition Assistance Program). On a recueilli des données sur la maltraitance (négligence et violence physique), les services reçus (pauvreté, santé mentale, alcoolisme/toxicomanie et parentage) et les caractéristiques démographiques. Les sujets ont rempli à la main des questionnaires (environ 10 minutes) en salle d’attente, lors de leurs rendez-vous habituels.

Résultats : Contrairement aux attentes, les familles noires étaient plus susceptibles de vivre à proximité des services sociaux (pauvreté, santé mentale et alcoolisme/toxicomanie) que les familles blanches. Le reste des observations concorde généralement avec les connaissances actuelles : le degré de négligence était comparable dans les familles noires et blanches, mais chez les Noirs, la fréquence de la violence physique était plus élevée. La proximité des services d’aide aux démunis était associée à un plus faible taux de négligence dans les familles blanches, mais pas dans les familles noires. La proximité des services de santé mentale était associée à un plus faible taux de négligence dans les familles noires, mais pas dans les familles blanches. La proximité des services en matière d’alcoolisme ou de toxicomanie était associée à un plus faible taux de violence physique dans les familles blanches; toutefois, aucune des catégories de services n’a été associée à une réduction de la violence physique dans les familles noires.

L’article traite de manière exceptionnellement approfondie des limites et des répercussions de ces observations. Les auteurs affirment qu’une meilleure organisation des services sociaux du quartier pourrait se traduire par un meilleur parentage et concluent que « les différents types de services ne diminuent pas tous de manière égale le risque de maltraitance des enfants au sein des familles de divers groupes raciaux ».

Notes méthodologiques

L’échantillon provenait d’un seul quartier, qui était relativement défavorisé. La race (noire ou blanche) a été indiquée par le parent répondant. La maltraitance des enfants a été évaluée grâce à l’échelle CTS-PC (Conflict Tactics Scale). L’accès aux services a été calculé à l’aide d’un logiciel spécial (ArcGIS v10.1) permettant de dresser l’itinéraire et de calculer la distance entre les organismes d’aide et le domicile des sujets. Aucun autre facteur lié aux organismes – par exemple, la liste d’attente et la qualité des services – n’a été pris en compte. On a comparé les réponses des sujets blancs et noirs au moyen d’épreuves statistiques (test t et test du chi carré). Les variables de contrôle étaient les caractéristiques démographiques habituelles (âge des parents, niveau d’instruction, soucis financiers, stress parental, etc.). Tous les participants ont reçu une carte-cadeau de 10 $, échangeable dans une boutique de la région.